La place du supporter en France

Le mot supporteur sonne comme un gros mot aux yeux des français, soutenir activement et intensément son club pendant 90 minutes parait être une chose essentielle dans la vie d’un supporteur. Mais malheureusement, les instances du football français ne l’entendent pas de la même oreille au point même d’interdire certains déplacements, plus facile de prendre des décisions radicales que de combattre la soi-disant « violence » dans nos stades.

Les débordements aux alentours du parc des princes en mars 2010 lors d’un PSG-OM ont poussé le président du PSG à l’époque à dissoudre l’ensemble des groupes de supporteurs du parc des princes ; le virage Auteuil, le kop de Boulogne, les Authentik’s, ces fidèles supporteurs, ces amoureux inconditionnels du club ont été punis par les membres de la direction. Bien évidemment cette décision aura forcément un impact sur la vie du supporteur. Tout d’abord, commençons par distinguer un ultra et un hooligan. Un ultra soutient régulièrement son club que ce soit lors des matchs à domicile comme lors des matchs en déplacement contrairement aux hooligans qu’on pourrait comparer à des casseurs, ces « pseudo supporteurs » qui n’ont aucun lien avec le football mais profitent des mouvements de foule dans les stades pour provoquer des mouvements violents.

 2048x1536-fit_debordements-pendant-om-bordeaux-marseille-stade-velodrome-10-avril-2016.jpg

Le divorce entre les pouvoirs publics et les groupes de supporters.

Des arrêtés municipaux, des interdictions de stades… 180 interdictions de déplacements à la mi-saison contre seulement trois il y a cinq saisons… Les fans de foot se rendant au stade chaque week-end sont en grande partie considérés comme dangereux, comme si la passion n’avait pas sa place et passait en second plan. Bien évidemment, les décisions prises par les divers pouvoirs publics ne sont évidemment pas en faveur des groupes Ultras, cela se traduit par une baisse d’affluence dans les stades.

Le PSG en est l’exemple parfait où la politique favorise très clairement le « foot-business », la classe populaire a été mise de côté pour favoriser la venue d’un public haut de gamme, peu connaisseur mais avec de gros moyens, répondant donc parfaitement à la nouvelle cible du club. Evidemment, le cas du PSG donne des idées au niveau de la répression des supporteurs notamment au sein de la Ligue et à la division de la lutte nationale contre l’hooliganisme. Les diverses associations luttant contre les groupes de supporteurs à travers la France cherchent à dissoudre la passion qui doit régner dans nos stades.

La soi-disant présence de hooligans en France n’est qu’un simple prétexte utilisé par la Ligue, la politique d’éviction est bien marquée. L’amalgame entre hooligans et ultra est malheureusement bien présent. Les instances du football, forces de l’ordre et pouvoirs publics sont sur la même longueur d’onde. Leur stratégie vise clairement à changer la fréquentation dans les stades, ce problème majeur est inquiétant à quelques mois de l’Euro ou des milliers de supporteurs de toute l’Europe se rendront en France.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s